En difficulté depuis son arrivée à Charlotte, Nicolas Batum à l’occasion de briller face à son public français à l’AccorHotels Arena.

« C’est un moment assez émouvant dans une carrière. En tant que joueur non-américain de faire un match NBA dans son propre pays c’est quand même assez particulier ». L’émotion était palpable en conférence de presse pour le français Nicolas Batum.

Quelques jours avant la rencontre qui opposera les Hornets de Charlotte aux Bucks de Milwaukee, l’ailier Tricolore s’est réjouit de jouer pour la première fois un match en France, à l’AccorHotels Arena. L’occasion pour lui d’oublier le temps d’un match sa saison difficile, très loin de ses standards habituels.

Batum, la saison de trop ?

Depuis qu’il est arrivé à Charlotte, lors de la saison 2016, les moyennes aux points, aux rebonds et aux passes décisives de l’ailier français ne font que baisser.

Arrivé à Charlotte lors de la saison 2015-2016, l’ancien joueur des Trail Blazers de Portland avait pourtant toutes les armes pour réussir dans sa nouvelle équipe. A l’époque, la star de la franchise s’appelle Kemba Walker. Meilleur marqueur de l’histoire des Hornets, le meneur centralise l’attention. Une situation idéale pour Batum, qui peut alors évoluer dans l’ombre et échapper à la pression.

Si ses deux premières saisons sont réussies, la suite est une lente descente aux enfers pour le Bleu. Toutes ses moyennes sont en baisse, son influence est en berne et l’ailier de 2,03 m ne trouve plus ses repères sur le terrain. Pis, cette saison, il n’a jamais aussi peu marqué de panier et sa moyenne de points par match est au plus bas (3.6 pts/m). Des chiffres jamais vu pour lui depuis sa saison rookie (sa première saison, NDLR).

Un rendement bien trop bas pour le joueur formé au Mans, surtout au vu de son salaire : 24M de dollar cette année ! Soit l’un des plus beaux contrats de la Ligue pour l’un des joueurs les moins efficaces cette année. Des chiffres que pointent régulièrement les détracteurs du français.

L’un des pires joueurs de son équipe

A 31 ans et dans sa 12e saison NBA, Nicolas Batum devrait être considéré comme un cadre de l’équipe. C’est loin d’être le cas. L’ailier n’a joué que 21 matchs cette année et débuté titulaire que… 2 fois ! Très loin des 46 matchs disputé par la nouvelle sensation de cette équipe des Hornets Devonte’ Graham et des jeunes Miles Bridges et PJ Washington.

Un statut remis au cause qui se reflètent sur les chiffres. Avec ses 3,6 points de moyenne par match cette année, Batum est l’avant dernier marqueur de son équipe. Seul le jeune Joe Chealey, qui n’a joué que quelques minutes se trouve derrière lui dans ce classement.

La moyenne de points par match de Nicolas Batum est l’une des pires de son équipe © Datawrapper

Une main froide

Une perte de confiance qui s’illustre également les statistiques de sa « shooting map ». Cette dernière permet d’analyser les données de tirs tentés et marqués par le joueur des Hornets, zone par zone sur le terrain.

La shooting map de Nicolas Batum. Les zones rouges montrent qu’il est en dessous des moyennes de la Ligue.

Dans un premier temps, on s’aperçoit que Batum n’a que très peu tenté de tirs cette saison. Une donnée qui s’explique par son faible temps de jeu cette année, mais qui illustre aussi la frilosité de l’ailier cette année.

Les zones en rouge permettent de voir que le français est en deçà des moyennes de tirs marqué par zone de la Ligue (signifié par LA sur l’image). Pour un joueur de son calibre, les zones rouges sont trop nombreuses.

Le NBA Paris Game 2020 présenté par beIN SPORTS, oppose les Charlotte Hornets aux Milwaukee Bucks et se jouera à guichets fermés le vendredi 24 janvier à l’AccorHotels Arena.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :