Pour la première fois de son histoire, la ville de Paris accueillera un match de saison régulière de NBA à l’AccorHotels Arena. Un événement qui a fait des émules en France.

« Oui, nous cherchons à organiser un match de saison régulière NBA en France la saison prochaine ». Avec ces quelques mots, prononcés il y a près d’un an, en janvier 2019, le patron de la NBA Adam Silver, a provoqué dans l’Hexagone un enthousiasme sans pareil dans la communauté basket. Après avoir déjà délocalisé des matchs de saison régulière à Londres pendant près de huit ans, la NBA revient enfin visiter la Tour Eiffel, après plusieurs expériences parisiennes.

Le 24 janvier prochain, la capitale française sera donc le théâtre d’un match, pas vraiment au sommet, entre les Bucks de Milwaukee (1ers de la conférence Est) et les Hornets de la ville de Charlotte (12e à l’Est). Une destination qui ne doit rien au hasard. Elle démontre avant la volonté de la NBA de s’implanter dans le deuxième pays européen qui regarde le plus de basketball américain.

A gauche Malik Monk (Hornets), à droite Giánnis Antetokoúnmpo (Bucks) © Capture écran NBA League Pass

L’autre véritable raison de ce retour à Paris se trouve dans le nom des têtes d’affiche de ce match. Avec d’un côté, Giánnis Antetokoúnmpo (25 ans, 2.11m, 110kg), MVP de la saison 2019, grec et donc européen. De l’autre, Nicolas Batum (31 ans, 2.03m, 91kg), qui même en difficulté cette saison, reste le français le plus expérimenté en NBA depuis la retraite de Tony Parker. Sans oublier le légendaire Michael Jordan, propriétaire des Hornets et lié à Paris grâce au partenariat de sa marque Jordan Brand qui équipe le Paris SG en football.

Une semaine placée sous le signe de la séduction

Quand la NBA se déplace, elle ne fait pas les choses à moitié. Pour promouvoir ce match, qui aura lieu à l’AccordHotel Arena (anciennement Paris-Bercy), la Ligue nord-américaine de basket a multiplié les événements dans la ville des amoureux. Objectif : séduire les français.

L’équipe des Hornets, avec le Français Nicolas Batum, découvre la Tour Eiffel © NBA

Une « maison de la NBA » a ainsi été ouverte. Les jeunes ont pu disputer des matchs amicaux sous l’égide de la ligue américaine, et des anciennes gloires du ballon orange sont intervenus en public toute la semaine avant le match. Avec notamment l’ancien Hornet Muggsy Bogues, le plus petit joueur de l’histoire de la NBA (1,62 m), et l’immense Kareem Abdul-Jabbar, champion avec les Bucks en 1971.

Giannis Antetokoúnmpo (Bucks) visite le vestiaire du PSG © NBA

Les joueurs eux aussi on eu droit à leur opération séduction. On a ainsi vu les coéquipiers de Giannis Antetokoúnmpo taper quelques jongles dans les vestiaires du PSG et prendre la pose au Parc des Princes. Les deux équipes ont également eu le droit à la traditionnelle photo devant la Tour Eiffel, sans béret et sans baguette mais avec tout de même des cours de français accéléré dans le bus.

Des places qui valent cher

Finalement, cette semaine de rêve a vite été rattrapée par l’une des plus grosses polémiques ayant entouré ce match de gala : le problème des places ! Les amoureux de la NBA ont en effet dû mettre le prix pour pouvoir assister à cette rencontre entre les Bucks et les Hornets.

Pour avoir la chance d’admirer les athlètes au bord du terrain, il fallait débourser près de 1 050 euros. Certains tickets se sont même vendus à plus de 1 600 euros. Bien loin des tarifs de vente initiaux en pré-ventes en octobre dernier, fixés entre 65 et 650 euros. La semaine dernière, il ne restait qu’une centaine de place encore disponible à la vente officiellement pour la modeste somme de 315 euros.

Des prix exorbitants qui ont entraîné la colère des fans et que la patron de la Ligue Adam Silver assurait ne pas pouvoir maîtriser. « Je le comprends, mais c’est un aspect des choses sur lequel nous ne pouvons pas avoir beaucoup de prise. C’est la loi du marché, c’est lui qui dicte les prix », confiait-il au Parisien ce mercredi 22 janvier.

Malgré un système de pré-ventes et de « Verified Fan », ils étaient nombreux à chercher à se procurer une place. Plus de 120 000 fans ont en effet été placé sur une liste d’attente, dans l’espoir de pouvoir assister au match. Des chiffres qui en ont découragé plus d’un. Mais qui ont réjouis Adam Silver et qui l’ont convaincu de revenir à Paris en 2021 pour un nouveau match.

Présentation vidéo

Le NBA Paris Game 2020 présenté par beIN SPORTS, oppose les Charlotte Hornets aux Milwaukee Bucks et se jouera à guichets fermés le vendredi 24 janvier à l’AccorHotels Arena.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :