Ils sont Français, fans de basket et ont tous vécu leur passion loin de chez eux. Récit de ces mordus de la balle orange officiant depuis l’étranger.

Si la NBA n’est pas la seule ligue professionnelle de basketball au monde, elle reste de loin la plus puissante et la plus attractive à travers le globe. Avec l’avènement des réseaux sociaux et de l’internationalisation du basketball américain, les fans viennent désormais du monde entier. En France, ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à suivre les exploits de LeBron James, Stephen Curry ou Kevin Durant et à se réunir sur Facebook ou Twitter pour partager leur passion. Si certains le font depuis chez eux, le plus souvent en métropole, d’autres ont migré vers d’autres horizons et continuent de vivre au rythme de la balle orange et de la NBA. Car non, les sportifs ne sont pas les seuls à traverser les frontières pour aller vivre leur passion dans un autre pays.

Une aventure américaine

C’est le cas par exemple de Joris (27 ans), parti outre-Atlantique, faire un Volontariat International en Entreprise (VIE) il y a deux ans à Boston, dans le Massachussetts, en tant qu’ingénieur Recherche et Développement dans une petite entreprise dans le domaine des objets connectés « J’avais la volonté depuis longtemps de travailler à l’étranger pour appréhender une nouvelle culture et connaître de nouvelles choses. Le basket a été une raison pour choisir les USA ». En plus de son activité salarié, le jeune homme revêt également la casquette de gérant du compte Twitter “Hawks France” (9 000 followers), qui relaie des informations liées à la franchise NBA basée à Atlanta, et celle de journaliste pour le pureplayer Inside Basket, en tant que correspondant local. « Je ne me considérais pas vraiment comme un journaliste. Mais, en écrivant pour ce site, j’avais la possibilité d’avoir une accréditation et donc d’approcher ma passion en étant sur les parquets, dans les vestiaires ou à faire des interviews ».

S’il est depuis revenu en France, certains ont préféré rester sur le sol américain et vivent là-bas depuis plus années. Julien (34 ans), lui, vit à Cleveland, dans l’Ohio depuis quatre ans et travaille dans le domaine médical. Fans des Cavaliers, l’équipe de la ville qui évolue en NBA, il vit sa passion pleinement depuis quatre ans et son arrivée aux Etats-Unis. « Pour être franc, ce qui m’a aidé à aimer ma nouvelle vie au départ, c’est le basket ! ». Lui aussi tient un compte Twitter lié à sa franchise préférée, “Cavs France” (16 000 abonnés), et possède même un site internet où il a d’ailleurs rédigé une série d’articles expliquant sa vie d’abonné à la Quicken Loans Arena, la salle où jouent les Cavaliers à domicile. « Le système d’abonnement étant très différent de ce que l’on retrouve en France ou en Europe » écrit-il par exemple sur son site.

La Rocket Mortgage FieldHouse (ancienne Quicken Loans Arena), l’antre des Cavaliers Cleveland © Julien A.

« Quand on est abonné on fait, en quelque sorte, parti d’une famille appelée les “Wine and Gold United”. Mon abonnement et mon rang me donne le droit à des évènements spéciaux, une invitation à quelques matchs en plus, à une ristourne de 15% sur toute la boutique officielle et, entre autres, à 4 matchs de hockey sur glace gratuits ».  Et le rêve a atteint son paroxysme en 2016, alors que la franchise gagne le titre suprême avec un certain LeBron James dans l’équipe. « J’étais dans la ville ce soir-là. C’était la folie. Une communion extraordinaire. Tous les milieux, tout le monde ensemble se mélangeant, se congratulant. Exactement le même scénario après lors de la parade où 2 millions de personnes étaient présentes. Alors que la population de Cleveland est de 400 000 habitants ».

L’Asie nouveau bastion de la culture américaine

Tous n’ont pas fait le choix de la vie américaine et certains ont préféré s’exiler ailleurs sur le globe. Si la NBA peine encore à toucher le marché africain et que l’Europe se passionne toujours pour ses compétitions européennes, l’Asie est depuis quelques années un territoire qui attire fans comme investisseurs américains. Un intérêt qui s’explique notamment par la puissance du marché asiatique et plus particulièrement le territoire chinois, qui représente plusieurs millions de personnes passionnées. Cette expansion de la NBA et de la « culture basket » vers les terres asiatiques a été orchestrée en premier lieu par David Stern, commissaire de la NBA pendant près de vingt ans, de 1984 et 2014, et s’explique également par la présence de plus en plus fréquente dans la ligue d’athlètes étrangers. Yao Ming, ancien joueur des Rockets de Houston par exemple, véritable phénomène de 2,29 m et superstar en Chine.

Au Japon, les fans français sont de plus en plus nombreux. Jordan habite à Tokyo depuis plusieurs années et a créé le site Qi Basket, qui traite de l’actualité de la balle orange aux Etats-Unis. C’est avant tout pour le travail que ce jeune homme de 28 ans a déménagé il y a cinq ans. « J’ai eu une super opportunité, je l’ai saisie ». Pleinement intégré à la vie nippone, il concilie son activité professionnelle à sa passion. Même au boulot. « On était sur du mode furtif au bureau, les écouteurs, le portable branché sur le League Pass (plateforme de la NBA pour suivre les matchs, NDLR) entre l’ordinateur et les dossiers et ça faisait l’affaire ».

S’il ressent moins cette idée de « culture basket » ici qu’en France où aux Etats-Unis où il a déjà voyagé, il se montre tout de même admiratif de la compréhension de ses hôtes lorsqu’il leur parle de sa passion. « Je pense que la Coupe du monde qui avait lieu en Chine cette année, avec la présence de l’équipe du Japon, les a un peu réveillé là-dessus. Et puis les Japonais vont avoir un joueur en NBA cette année (Rui Hachimura, NDLR). Je pense que ça peut jouer ». Avant de conclure. « Toute cette expérience à l’étranger me servira. Quand je reviendrai, si je reviens, je pense que j’aurai de quoi étoffer mes articles. Même sur la NBA. Et pourquoi pas en faire une série, pour présenter le basket ailleurs dans le monde ». Une idée qui devrait en ravir plus d’un. En France ou ailleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :